TPRF parraine des nouvelles consultations ophtalmologiques pour des milliers de gens en Inde

Un optométriste du dispensaire temporaire d’ophtalmologie de New Delhi vérifie la vue d’un patient.

Des consultations d’ophtalmologie qui changent tout

De nouvelles consultations ophtalmologiques parrainées par la Fondation Prem Rawat (TPRF), en collaboration avec la Premsagar Foundation et Raj Vidya Kender, deux ONG indiennes, se sont déroulées en janvier et février 2024 sur une période de 10 jours.

Cinq dispensaires temporaires ont été mis en place dans cinq villes du nord de l’Inde, à New Delhi, Mirzapur, Gaya, Ranchi et Jaipur, où ont été dispensés des examens ophtalmologiques, des médicaments et des lunettes à des milliers de personnes souffrant de déficience visuelle. Chaque année depuis 2003, TPRF offre ces consultations à la demande de Prem Rawat. À ce jour, ce sont des centaines de milliers d’individus sans ressources qui ont bénéficié de soins essentiels.

 

Photos, de bas en haut et de gauche à droite : à Ranchi, un homme âgé tenant sa convocation attend son tour dans une tente ; au dispensaire de Ranchi également, huit femmes en vêtements traditionnels montrent leur fiche de soins ; une autre personne reçoit des lunettes ; au dispensaire de Mirzapur, un optométriste vérifie la vue d’une patiente.

(De bas en haut et de gauche à droite :) à Ranchi, un homme âgé tenant sa convocation attend son tour dans une tente ; au dispensaire de Ranchi également, huit femmes en vêtements traditionnels montrent leur fiche de soins ; une autre personne reçoit des lunettes ; au dispensaire de Mirzapur, un optométriste vérifie la vue d’une patiente.

 

Prendre soin de la vue

Selon une étude récente de l’Indian Journal of Ophthalmology, l’Inde compte quelque 4,95 millions d’aveugles et 70 millions de malvoyants. L’étude souligne que le dépistage et le traitement précoce des principales causes de cécité, telles que la cataracte, permettent de réduire le nombre de déficiences visuelles.

Grâce aux techniques de pointe utilisées dans les dispensaires de TPRF, environ 80 % de ces problèmes oculaires sont évités ou guéris. De plus, TPRF permet aux personnes sans ressources de bénéficier de soins chirurgicaux, car avec un diagnostic officiel de pathologies telles que la cataracte, il est possible d’aller se faire opérer dans un hôpital public. En l’absence de ce diagnostic, les malades ne peuvent y prétendre, ce qui a une forte incidence sur la poursuite de toute activité professionnelle.

C’est ainsi que les dispensaires ophtalmologiques de TPRF contribuent à combler le fossé entre ce qui est techniquement possible et ce dont les pauvres en Inde ne bénéficient pas.

Sans oublier que ces dispensaires fournissent gratuitement des médicaments, des gouttes pour les yeux et des lunettes, améliorant ainsi la qualité de vie globale des patients. Fournir des lunettes a des conséquences qui vont bien au-delà de la simple correction de la vue. Cela signifie moins de dépenses médicales pour la famille, une plus grande indépendance, une meilleure prévention des accidents et un accès à l’éducation aux enfants dès lors qu’ils peuvent lire.

 

Entrevoir de nouvelles possibilités

En remerciant les donateurs de leur générosité qui permet de mettre en place ces dispensaires, Linda Pascotto, présidente du conseil d’administration de TPRF, rappelle les avantages tangibles qu’en retirent les familles :

« Grâce aux dispensaires temporaires de TPRF et aux soins qui leur sont prodigués, les enfants vont pouvoir apprendre à lire et les parents subvenir aux besoins de leur famille. Au cours de l’une de ces consultations, j’ai vu l’émotion d’un grand-père qui voyait le visage de son petit-fils avec netteté pour la première fois. Je remercie tous les donateurs grâce auxquels ces soins sont possibles, cela change tout »

Shashwan Jaswal, un officier de police de New Delhi, remercie également TPRF pour ces consultations. Il constate que lorsque les gens voient mieux, ils accomplissent bien plus facilement les tâches quotidiennes et, plus important encore, que leur vie s’améliore d’une manière dont on ne se rend pas forcément compte :

« Quand on marche dans la rue, il faut pouvoir voir le bord du trottoir, explique-t-il, et cela change tout. Il y a énormément de choses que l’on n’imagine pas pour quelqu’un qui recouvre la vue. »

 

Shashwan Jaswal, interviewé devant le dispensaire ophtalmologique de New Delhi.

Shashwan Jaswal, un officier de police indien, interviewé devant le dispensaire de New Delhi.

Chaque personne compte

L’officier de police Jaswal raconte cette histoire qui illustre le travail effectué par TPRF.

« Un jour, sur une plage, un garçon semble très affairé. Un passant lui demande ce qu’il fait. L’enfant lui explique que toute la matinée, des petits poissons projetés par les vagues se sont échoués et que lorsque la marée est descendue, des milliers sont restés là, suffocants. L’enfant les ramassait et les rejetait à la mer pour qu’ils vivent. Le passant se met à rire et dit : “Combien de poissons penses-tu pouvoir sauver ?” Le garçon répond : “Si j’en sauve 10, 20 ou 100, j’aurai tout changé pour eux !” »

 

Un objectif commun

La Fondation Premsagar et Raj Vidya Kender ont organisé la mise en place de ces dispensaires temporaires sur le terrain, et grâce aux dons de personnes du monde entier qui voient les répercussions des initiatives de TPRF dans la vie des gens, ces actions ont pu se concrétiser.

Fondée par Prem Rawat, TPRF a également aidé des millions de personnes à vivre dans la dignité grâce à Food for People, au Programme d’éducation pour la paix et à d’autres actions humanitaires.

Pour en savoir plus sur TPRF et ses initiatives, cliquer ici.

 

 

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail

Articles récents

Articles par catégorie

Guidestar et Charity Navigator attribuent à TPRF leurs meilleures notes en matière de transparence, de responsabilité financière et de leadership.