Sherry Weinstein dirige le Programme d’éducation pour la paix de TPRF depuis deux ans. Dans son précédent compte-rendu, elle racontait l’étonnante progression du PEP en 2012. Dans cette deuxième partie, Sherry détaille les nouveaux PEP dispensés à travers le monde et les priorités de TPRF pour 2013.

PROGRESSION

Aujourd’hui, en plus des établissements pénitentiaires, le PEP ouvre ses ateliers à neuf nouveaux secteurs : l’enseignement supérieur, la formation pour adultes, les associations socio-culturelles, les soins palliatifs (pour le personnel), les maisons de retraite, les résidences médicalisées, les personnes en liberté conditionnelle, les jeunes en difficulté et les anciens combattants.

Au premier trimestre 2013, des ateliers du PEP ont été lancés dans 12 pays : l’Australie, le Brésil, le Danemark, l’Allemagne, l’Italie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suède, Taïwan, Trinidad et les États-Unis.

• États-Unis, centre de soins palliatifs d’Evergreen, près de Seattle : 15 membres du personnel y participent chaque semaine.

• États-Unis, Sun City en Arizona, une ville pour seniors : entre 30 à 40 personnes chaque semaine.

• Danemark, AOF, l’un des plus grands instituts de formation pour adultes accueille le PEP en tant que programme pilote.

• Taïwan, prison Yunlin : en moyenne 68 participants par semaine.

• Amérique du Sud : 14 ateliers (4 en Argentine, 1 en Bolivie, 3 au Brésil, 1 en Colombie, 4 au Pérou et 1 en Uruguay).

• Espagne : actuellement 13 ateliers du PEP dans des centres pénitentiaires. Des équipes de bénévoles assurent des formations pour présenter le PEP dans des centres de soins palliatifs et des universités.

Des possibilités de présentation du PEP lors de congrès internationaux voient le jour.

TRADUCTION

Si l’on veut proposer le PEP à d’autres publics, sa traduction devient une priorité. Il est aujourd’hui disponible en sept langues : français, allemand, italien, portugais (pour le Portugal et le Brésil), serbe et suédois. Huit langues supplémentaires, dont l’espagnol (pour l’Europe et l’Amérique du Sud), sont en cours.

« J’imagine bien le PEP se déployer à travers le monde, depuis l’enseignement supérieur jusqu’aux maisons de retraite, explique Sherry. Ce programme peut enrichir la vie d’une personne, quel que soit l’endroit où elle se trouve. Ces ressources innées sont déjà en chaque individu et peuvent vraiment contribuer à mieux apprécier le fait d’être en vie. »

Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page d’accueil du PEP.

Atelier du PEP avec les personnes en liberté conditionnelle à Oxnard (Californie).

Atelier du PEP avec les personnes en liberté conditionnelle à Oxnard (Californie).

 

 

FacebooktwitterredditpinterestlinkedinmailFacebooktwitterredditpinterestlinkedinmail