Ce contenu est également disponible en: Anglais Italien Espagnol

Au cours de ses quinze années d’expérience dans les ressources humaines, Jyoti Singh a conduit divers projets et utilisé de nombreux programmes. Elle vit actuellement à Bangalore, en Inde, et est bénévole pour le Programme d’éducation pour la paix (PEP) dont elle anime et coordonne les activités dans le sud de l’Inde. Elle apporte aussi son soutien à ceux qui souhaitent démarrer un PEP dans le pays.

C’est magnifique de voir l’intérêt croissant que suscite le PEP ici, et son retentissement sur tant de gens. Récemment, j’ai conduit un atelier à Moradabad, près de New Delhi, pour plus de 100 personnes qui veulent animer un PEP là où il n’existe pas encore. Toutes sont en contact avec les responsables d’organisations qui souhaitent le proposer.

De mon côté, je n’ai eu aucune difficulté à convaincre de nombreux organismes. Là encore, des personnes de toutes origines l’ont chaleureusement accueilli. À Bangalore, j’ai présenté cette formation dans plusieurs lieux, notamment à la Container Corporation of India (Concor), une importante entreprise nationale de fret et stockage, à l’école de commerce GEMS et au ministère des Forêts de Karnataka. Et dans ces trois organisations, des personnels et étudiants l’ont suivie.

En tant qu’animatrice, je trouve stimulant qu’aucune classe ne ressemble à une autre, bien que le contenu soit le même partout. Chaque personne est spéciale, et j’ai l’impression à chaque séance que c’est la première fois que je l’anime.

Mr. Rajat G., directeur adjoint et coordinateur PEP à la Concor, ne tarit pas d’éloges : « Le PEP est unique à bien des égards. Il aide les gens à penser à eux. Nous avons envie de connaître les autres, mais se connaître soi-même ne nous vient pas à l’esprit. Notre entreprise offre de nombreux programmes, mais le PEP est différent et de grande valeur. »

L’école de commerce GEMS encourage l’excellence et développe des qualités de leader. Le directeur du département de gestion, M. Nehruji, a donné son aval pour cette formation, car elle invite les étudiants à s’appuyer sur leurs forces innées.

Au cours des temps de réflexion, plusieurs de ces jeunes adultes ont confié qu’ils vivent tellement sous pression qu’ils en oublient parfois d’apprécier la beauté de la vie. Au fur et à mesure des ateliers, ils ont constaté que Prem Rawat les aidait à se rappeler de toujours se sentir reconnaissants d’être en vie, malgré leur stress.

Je comprends tout à fait ce qu’ils ressentent. Les paroles de Prem Rawat dans les vidéos m’aident, moi aussi, à me rappeler combien la vie est précieuse. Je le remercie beaucoup d’avoir mis en place ces ateliers.

 

Share this story

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailFacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail